Formation continue en kinésithérapie : restez à la page !

Le Développement Professionnel Continu a été mis en place dans le cadre de la réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) en 2009. Le DPC permet notamment aux masseurs-kinésithérapeutes d’évaluer ses pratiques professionnelles (EPP), d’apprendre de nouvelles techniques et de perfectionner ses connaissances tout au long de sa carrière.
Entré en vigueur au 1er janvier 2012 puis en pratique au 1er janvier 2013, le développement professionnel continu est obligatoire pour tous les masseurs-kinésithérapeutes. Chaque professionnel de santé quel que soit son statut (salarié, libéral, fonction publique) doit remplir une obligation triennale de DPC, l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes le vérifie a minima tous les cinq ans. Si ce n’est pas le cas, des mesures peuvent être prises à l’encontre du praticien.

Que dit la loi sur la formation continue des masseurs-kinésithérapeutes ?

Conformément à l’article R4382-1 du Code de la Santé Publique, les masseurs-kinésithérapeutes (ainsi que d’autres professions de santé) ont l’obligation de faire appel à la formation continue afin de continuer à dispenser des actes adaptés à l’évolution des sciences et techniques. Il s’agit alors d’une “obligation individuelle qui s'inscrit dans une démarche permanente”.

L’objectif de la formation continue contribue au perfectionnement des connaissances et à l’amélioration de la qualité des soins prodigués. À partir du moment où les compétences et pratiques sont également évaluées, l’obligation de formation est alors satisfaite. Les conditions de mise en oeuvre de la formation continue sont fixées par décret en Conseil d’État.

Trois formes de formation continue des masseurs-kinésithérapeutes sont admises afin de valider l’obligation légale. Cependant, seulement deux ouvrent le droit à une prise en charge partielle ou totale. La première forme est libre, le professionnel de santé choisit sa formation en ne prenant pas en compte les thèmes proposés par le FIF-PL ou le DPC. Dans ce cas, la prise en charge n’est pas possible. Les deux formes suivantes consistent à choisir un des thèmes définis dans le cadre du FIF-PL ou du DPC. Ces deux possibilités offrent l’avantage de pouvoir bénéficier d’indemnités. Il faut savoir aussi que les charges liées à la formation (transport, hébergement, repas…) sont totalement déductibles en frais professionnels.

Comment fonctionnent le DPC et le FIF-PL ?

Le DPC

FKNL54 est un ODPC (Organisme de Développement Professionnel Continu). Il est reconnu par l’Agence Nationale du DPC et habilité à dispenser des formations entrant dans ce cadre.

L'ANDPC remplit plusieurs missions :

  • la promotion et l’information des évolutions concernant le DPC auprès des professionnels concernés
  • le pilotage et la coordination du DPC à l’échelle de la France entière
  • la prise en charge financièreduDPC

Afin de retrouver aisément les formations prises en charge, l'ANDPC a développé un moteur de recherche qui recense l'offre officielle de DPC et les organismes reconnus par l'Agence. Pour bénéficier d’une prise en charge, il est obligatoire de créer un compte personnel sur le site web de l’ANDPC. Dans un souci de dématérialisation et de rapidité, l’agence ne prend plus en compte les demandes papier. Depuis ce compte personnel, le décompte des heures et des indemnités est accessible. Il permet également de s’inscrire directement à une formation de DPC.

En 2019, 14 heures de formation par masseur-kinésithérapeute sont prises en charge pour l’année. Elles incluent notamment les démarches d’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) ou de gestion des risques (GDR) et les programmes intégrés.

Le FIF-PL (Fonds Interprofessionnel de Formation des Professions Libérales)

Le FIF-PL est un organisme fonctionnant grâce la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) collectée par l’URSSAF. La CFP incombe à tous les professionnels libéraux de santé exerçant en entreprise individuelle ou en tant que gérant majoritaire. Il faut évidemment détenir un code NAF ou APE, être inscrit à l’URSSAF et non au Répertoire des Métiers. Du moment que cette contribution est acquittée, il est alors possible de bénéficier des prises en charges du FIF-PL.

À compter du 1er janvier 2019, seules les formations dispensées par des organismes de formation référencés DATADOCK et dont le programme répond aux critères de la profession concernée, pourront être prises en charge par le FIF-PL. La prise en charge est limitée à 3 ou 4 jours (en fonction des formations) par an et par thème, plafonnée à 300 € par jour, dans la limite de 900 € par an et par masseur-kinésithérapeute.

Tout professionnel libéral souhaitant bénéficier d’une prise en charge doit préalablement remplir son formulaire de demande sur le site www.fifpl.fr

Formez-vous avec FKNL54 !

Depuis 2011, FKNL54 dispense des formations dédiées aux professionnels de la kinésithérapie. Parmi son panel de formateurs, FKNL54 regroupe à la fois des enseignants d’IFMK et de nombreux spécialistes en kiné du sport, hypnothérapie, ostéopathie, ergonomie, aromatologie…permettant d’étoffer les savoirs et de partager les bonnes pratiques. Créé à Nancy, le réseau de formation FKNL s’étend désormais sur Megève et Nice.

Référencé DATADOCK et reconnu en tant qu’Organisme de DPC, les formations organisées par FKNL54 sont éligibles à l’indemnité de l’ANDPC et peuvent également faire l’objet d’une prise en charge par le FIF-PL.

Pour une meilleure compréhension de la prise en charge par l’ANDPC :

Dans le cadre d’une action de DPC en présentiel durant au moins 3 heures consécutives, la prise en charge se scinde en deux parties : le coût du programme et l’indemnisation pour la perte d’activité (respectivement 39€ et 33€ par heure et par professionnel). Le montant annuel maximum de prise en charge s’élevant à 546€ (pour le coût du programme) et à 462€ (pour la perte d’activité), soit une enveloppe globale de 1 008€ par an et par professionnel.

Consultez notre calendrier de formations 2019 à Nancy, Megève ou Nice.