Comment exercer la spécificité pédiatrie en kinésithérapie ?

Ces 15 dernières années, de nombreuses équipes de kinés ont travaillé pour que la kinésithérapie pédiatrique soit reconnue. Désormais, la formation est validée par l'Ordre National des Masseurs- Kinésithérapeutes permettant aux professionnels concernés d’inscrire sur leur plaque professionnelle la spécificité d’exercice "Pédiatrie" (sous réserve d’avoir validé les 3 volets de la formation).
 
En évolution permanente, la kinésithérapie pédiatrique est une véritable discipline à part entière. Que ce soit en milieu hospitalier ou en libéral, la pratique comprend des pathologies chroniques comme aiguës. La spécificité “Pédiatrie” regroupe une diversité de patientèle : nourrissons, enfants en bas âge, enfants et adolescents. A chaque étape de leur développement, il est indispensable d’assurer une prise en charge adaptée et efficace afin qu’ils grandissent dans les meilleures conditions.
 
Dans le cadre de la kinésithérapie pédiatrique, le thérapeute doit créer une bonne relation entre l’enfant-patient et ses parents. Ce trio complémentaire garantit une bonne compréhension du trouble ou de l’anomalie motrice : comment il est vécu au quotidien, comment il évolue et ce qui est mis en place à la maison. Ainsi, le kinésithérapeute est en mesure de prodiguer un soin approprié. Les séances avec les enfants se doivent d’être ludiques. L’aspect contraignant peut se révéler contre-productif. Il est primordial que l’enfant aborde les séances avec plaisir et épanouissement. Voici les 3 volets de formation à la spécificité “Pédiatrie” :
 
> Rééducation respiratoire pédiatrique - Bronchiolite
Tous les ans, 30% des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite. Peu formé à la rééducation d'enfants atteints de bronchiolite et d'asthme, le kinésithérapeute y est pourtant de plus en plus confronté. La bronchiolite du nourrisson concerne les bébés qui ne sont pas encore capables d'expectorer et de se moucher. Les voies respiratoires sont alors considérablement obstruées et les bouchons muqueux bloquent la respiration de l’enfant.
 
Module indispensable du soin à l’enfant, ce volet de formation a pour objectif d’enseigner les techniques de désencombrement et d'accélération du flux pulmonaire, de resituer la bronchiolite et l'asthme dans le contexte des pathologies respiratoires et enfin, de connaître la clinique des affections, leur traitement et le rôle de la kinésithérapie. 
 
> Développement neuro-moteur de la naissance à 24 mois
Lors de la naissance, le bébé passe d’une vie dans l’eau à une vie dans l’air. Pour permettre cela, les systèmes neurologique, respiratoire, viscéral et sensoriels sont mis en place à l’état de foetus. Le nouveau-né est un être en développement et pleine construction. Il est indispensable de connaître ses étapes d’évolution pour l’accompagner au mieux. 
 
Souvent, il s’agit d’enfants qui présentent une motricité inadaptée, désorganisée ou inefficace. Il concerne également des enfants présentant un retard de développement moteur. L’aide au développement neuro-moteur par le kinésithérapeute aide l’enfant à abandonner ses schémas mal acquis. Ensuite, le praticien les réoriente vers un développement moteur cohérent. 
 
Grâce à des techniques manuelles, auditives, visuelles ou à l’aide de jouets variés, le kinésithérapeute stimule et redirige le nourrisson dans un schéma sain de développement neuro-moteur. Le plus souvent pour palier à un retard anormal par rapport à son âge.
 
> Torticolis congénital et plagiocéphalie
Le torticolis congénital est présent dès la naissance. Il se manifeste par une inclinaison et une rotation de la tête par rapport au tronc. Un examen clinique est nécessaire pour déterminer s’il est postural, musculaire ou osseux. Compte tenu de la fréquence des cas et de l’inquiétude parentale que le torticolis suscite, il est nécessaire de se former pour répondre aux sollicitations. D’autre part, le torticolis peut causer une malformation de la boîte crânienne (plagiocéphalie).
 
La plagiocéphalie est une déformation osseuse du crâne causée par le manque de mouvements variés de la tête du nouveau-né. Les deux troubles étant liés, il est important de mettre en place une prise en charge précoce afin de soigner le torticolis et prévenir la plagiocéphalie. D’autant plus qu’une asymétrie de la tête peut impacter le futur développement moteur du nourrisson et même avoir des répercussions sur la déglutition, la vue, l’articulation temporo-mandibulaire…
 
Pour diagnostiquer les types de torticolis congénitaux ou les plagiocéphalies, des formations existent. Elles consistent également à apprendre des techniques de thérapie manuelle permettant le relâchement de tissus en tension, à dispenser des séances de stimulations pour favoriser un développement symétrique chez l’enfant.
 
→ Retrouvez les 3 volets de la spécificité “Pédiatrie” dans le catalogue de formations FKNL.